Aller au contenu

20 novembre, 2020 – Le chef de police de Surrey est chargé d’encadrer une transition complètement désordonnée

SURREY (C.-B.) – En réponse à l’annonce de la nomination du chef de police du Service de police de Surrey (SPS), Norm Lipinski, le président de la Fédération de la police nationale (FPN), Brian Sauvé, affirme que le chef prend en charge un processus de transition complètement désordonné, sans embaucher d’agents, sans entente sur un budget pour 2021 et sans aucune transparence sur l’augmentation des coûts.

« Comme pour le reste de cette transition boiteuse, Surrey a choisi son nouveau chef de police complètement derrière des portes closes, sans aucune consultation publique, a déclaré M. Sauvé. Le poste a été affiché pendant seulement deux semaines, et les résidents de Surrey n’ont pas eu la possibilité de donner leur avis. »

Depuis des mois, la FPN s’inquiète du manque flagrant de planification de la transition proposée de la GRC à un nouveau SPS. Lundi, Surrey a annoncé le triplement des coûts de transition, qui sont passés de 19 millions de dollars à 64 millions de dollars, des hausses de impôts pouvant atteindre 15 p. 100 pour les habitants de Surrey afin de financer leur plan coûteux et impopulaire, et une réduction de 25 p. 100 du budget de la GRC, même si aucun agent n’a été embauché pour le nouveau SPS.

« Il semble que Surrey essaie de faire un tour de passe-passe avec son budget. Il est également préoccupant de constater l’absence d’entente entre le gouvernement fédéral, la GRC de la Colombie-Britannique, la FPN, la province de la Colombie-Britannique et Surrey sur un plan de transition pour 2021. Pourtant, Surrey réduit les services de la GRC de 25 % au beau milieu d’une pandémie mondiale, alors qu’elle n’a encore embauché aucun agent, a ajouté M. Sauvé. Il s’agit d’une décision dangereuse qui pourrait entraîner le chaos à Surrey et des risques réels pour la sécurité publique. »

La FPN a compilé une liste de questions clés pour le nouveau chef de police auxquelles le maire de Surrey, Doug McCallum, et le conseil d'administration du Service de police de Surrey qu’il préside ont refusé de répondre :

  • Augmentation vertigineuse du budget et hausse des impôts
    • Quel oubli dans la planification fait en sorte que les coûts de transition sont trois fois plus élevés que prévus, à 64 millions de dollars?
    • Les contribuables ne devraient-ils pas avoir leur mot à dire sur le budget qui explose et sur les hausses d’impôt pour couvrir les coûts de ce plan de transition?
    • Le gouvernement fédéral a-t-il informé Surrey que Services partagés ne fournira pas de services de TI pour le nouveau SPS?
  • Aucun agent embauché
    • Comment le SPS prévoit-il commencer la transition en 2021 alors qu’il n’a pas embauché un seul agent?
    • Où le SPS recrutera-t-il 800 nouveaux agents?
    • Surrey a-t-elle consulté les collectivités avoisinantes au sujet des répercussions que cela aura sur la sécurité publique quand des agents des municipalités avoisinantes se joindront au SPS, ce qui entraînera des lacunes dans les services de police?
  • Recrutement déficient du chef de police
    • Quels efforts ont été déployés pour tenir compte de la diversité des candidats dans la recherche d’un nouveau chef de police?
    • Pourquoi le public n’a-t-il pas eu l’occasion de donner son avis?

« Le maire et ses amis ont utilisé un leurre grossier – ils ont dit aux contribuables de Surrey qu’ils n’augmenteraient pas les taxes, puis ils ont augmenté la taxe sur les terrains de 200 %, la faisant passer à 300 $ par ménage, pour couvrir le coût croissant de ce plan de transition impopulaire et coûteux, a ajouté M. Sauvé. Si le maire pense que les résidents de Surrey appuient ses hausses d’impôt à deux chiffres et le triplement des coûts de transition, il est volontairement déconnecté de la réalité. »

Surrey se concentrera maintenant sur le recrutement de centaines d’agents dans des collectivités voisines comme Delta et Vancouver, ce qui causera des ravages dans la vallée du Bas-Fraser et mettra en péril la sécurité publique dans la poursuite de son plan impopulaire.

Selon un sondage mené par la direction de la GRC auprès de tous les membres de Surrey, seulement 14 % des agents de la GRC de Surrey envisageront même de soumettre leur candidature au SPS. Cela signifie que les policiers des forces policières des autres municipalités voisines du Grand Vancouver seront fortement recrutés.

« Le nouveau chef de police de Surrey commencera par un processus de transition complètement désorganisé, a déclaré M. Sauvé. Le SPS et les conseillers municipaux de Surrey sonnent l’alarme au sujet de ces coûts croissants depuis des mois, et une augmentation de 200 % de la taxe sur les terrains n’est que le premier contrecoup. Le maire a complètement gâché ce processus, et il demande aux contribuables de payer la note. »

À propos de la Fédération de la police nationale

La Fédération de la police nationale (FPN) a été accréditée en 2019 pour représenter environ 20 000 membres de la GRC en service au Canada et à l’étranger. Il s’agit du plus important organisme canadien de relations de travail dans la police et le deuxième en importance en Amérique du Nord. La FPN constitue la première association nationale indépendante à représenter les membres de la GRC. La FPN vise à améliorer la sécurité de la population canadienne en négociant sa première convention collective pour les agents de la GRC dans le but d’accroître les ressources, d’améliorer le matériel et la formation et d’obtenir un financement additionnel pour nos membres qui ont été victimes d’un sous-financement depuis bien trop longtemps. L’augmentation des ressources et du financement de la GRC contribuera à une plus grande sécurité et à une meilleure qualité de vie des collectivités grandes ou petites que la GRC sert, partout au Canada.

Pour en savoir davantage, voir le site https://npf-fpn.com/fr/anonymous-home/.

Personne-ressource pour les médias :

Brian Sauvé
Président
Fédération de la police nationale
media@npf-fpn.com
Tél. :  604-861-2684

Faire défiler vers le haut