Aller au contenu

10 septembre, 2020 – La Fédération de la police nationale demande une enquête publique indépendante dans les meilleurs délais en Nouvelle-Écosse

Ottawa, ON - La Fédération de la police nationale demande aux gouvernements fédéral et provincial et aux représentants élus d'éviter toute ingérence politique et de veiller à ce que les familles des victimes, les membres de première ligne de la GRC et tous les Canadiens et Canadiennes bénéficient d'une enquête publique transparente, indépendante et dans les meilleurs délais sur tous les aspects qui ont mené à la fusillade de masse en Nouvelle-Écosse, la plus importante et la plus tragique jamais survenue au Canada.

« Depuis le début, nous avons appuyé l'appel des familles des victimes et d'autres Canadiens pour une enquête indépendante », a déclaré Brian Sauvé, président. « Si nous voulons vraiment aller au fond de ce qui a conduit à cet événement horrible, les gouvernements doivent nommer rapidement le troisième commissaire, puis permettre au groupe d’examiner, d’identifier et de comprendre tous les facteurs contributifs, pas seulement les dernières heures qui ont nécessité une intervention de la police. »

M. Sauvé, au nom de près des 20 000 membres de première ligne de la GRC à travers le pays, a affirmé que cette enquête ne doit pas se concentrer uniquement sur l'une des réponses policières les plus importantes et les plus coordonnées, mais être suffisamment large pour que ses conclusions aboutissent à des changements significatifs et réels. C’est le seul moyen de garantir que l’enquête identifiera tous les facteurs qui doivent être traités pour éviter de futures tragédies de masse et une perte insondable de vies.

« Le ministre Fury a été élu pour représenter la population de la Nouvelle-Écosse sans parti pris et ce sera son travail d'associer cette responsabilité ainsi que son expertise et son expérience à l'enquête. »

En tant que représentant des relations de travail pour les quelque 900 membres de première ligne de la GRC en Nouvelle-Écosse, la FPN demandera le statut d'intervenant pour participer à l'enquête.

En juin, la FPN a publié une série de questions qui, selon nous, doivent être incluses dans le champ de l'enquête pour garantir des constatations et des résultats significatifs :

  • Quelles autres interactions le tireur a-t-il eues avec des organismes provinciaux ou fédéraux au cours de sa vie et quelle était la nature de ces interactions?
  • Le tireur a-t-il subi une évaluation psychiatrique préalable et, dans l'affirmative, quel a été le résultat ou le suivi?
  • Comment le tireur a-t-il eu accès aux armes illégales, quelle était leur origine et quelles mesures accrues doivent être mises en place pour empêcher les armes illégales d'entrer au Canada?
  • Le tireur a-t-il déjà été accusé d'autres délits, a-t-il été soumis à une période de probation ordonnée par les tribunaux? Si oui, la probation était-elle terminée?
  • Le tireur avait-il des antécédents de violence domestique, et comment cela a-t-il été traité par les tribunaux ou les agences gouvernementales?
  • Y avait-il des services sociaux qui auraient pu empêcher cette tragédie qui n'étaient pas disponibles en raison des restrictions liées à la COVID-19?
  • Le modèle de financement de la GRC a-t-il été examiné et des demandes budgétaires pour les ressources humaines, la formation et l'équipement ont-elles été mises en œuvre? Y a-t-il un financement adéquat pour fournir le niveau de service souhaité par les Néo-Écossais?
  • Le tireur a-t-il eu un accès suffisant aux programmes de soutien et de santé mentale tout au long de sa vie et quelles sont les améliorations à apporter aux programmes de santé adéquats pour en améliorer la portée et l'utilisation?
  • Compte tenu de ce qui précède, les lois et politiques en vigueur en vertu desquelles la police opère sont-elles suffisantes pour protéger le public?

À propos de la Fédération de police nationale :
La Fédération de la police nationale (FPN) a été accréditée au cours de l'été 2019 pour représenter environ 20 000 membres de la GRC en service au Canada et à l'étranger. La FPN est la plus grande organisation de relations de travail de policiers et policières au Canada, la deuxième plus grande en Amérique du Nord et la première association nationale indépendante à représenter les membres de la GRC. La FPN se concentrera sur l'amélioration de la sécurité publique au Canada en négociant la toute première convention collective pour les membres de la GRC, et sur l'augmentation des ressources, de l'équipement, de la formation et du soutien pour nos membres qui sont sous-financés depuis trop longtemps. L'amélioration des ressources et du soutien de la GRC renforcera la sécurité et la qualité de vie dans les communautés que nous servons, grandes et petites, partout au Canada.

Pour plus d'informations : https://npf-fpn.com/.

Personne-ressource pour les médias :
Brian Sauvé
Président
Fédération de la police nationale media@npf-fpn.com
T : 604-861-2684

Faire défiler vers le haut