20 septembre, 2022

Edmonton (Alberta) — Voici une déclaration de Kevin Halwa, Jeff McGowan et Michelle Boutin, respectivement directeurs régionaux et vice-présidente de la Fédération de la police nationale, en réponse à une récente déclaration de Joseph Dow, attaché de presse du ministre de la Justice et solliciteur général de l’Alberta :  

Dans une déclaration publiée à la fin de la semaine dernière, le cabinet du ministre de la Justice et solliciteur général de l’Alberta a encore multiplié les promesses trompeuses, a affirmé qu’une transition vers un service de police provincial n’engagerait pas de coûts supplémentaires et a transmis d’autres renseignements erronés concernant les services de police de la GRC dans cette province.  

L’Étude sur la transition vers un service de police provincial de l’Alberta montre clairement qu’un tel service coûtera aux Albertains plus de 550 millions de dollars en frais de transition, dont 370 millions de dollars en coûts de base de transition, et la perte de 188 millions de dollars en contributions fédérales annuelles. Faute de source inépuisable dans laquelle puiser les fonds nécessaires, ces coûts seront assumés par le seul groupe de contribuables de la province, soit les Albertains, qui se verront imposer de nouveaux frais ou n’auront plus droit à d’autres services financés par le gouvernement qui sont déjà au point de rupture.  

De plus, le dernier modèle de déploiement de la province montre qu’un service de police provincial coûterait aux Albertains 759 millions de dollars en dépenses de fonctionnement chaque année, soit une augmentation de 164 millions de dollars par rapport aux coûts actuels des services de police provinciaux de 595 millions de dollars, et n’entraînerait qu’un ajout net de 56 nouveaux policiers. Jusqu’à maintenant, le gouvernement n’a pas réussi à montrer que l’augmentation du nombre de postes de police en milieu rural dans le cadre du nouveau service de police proposé serait principalement alimentée par le déménagement des agents des centres urbains, et non de l’ajout direct d’un plus grand nombre de membres des forces de l’ordre. Cette réaffectation laissera à ces municipalités urbaines moins de ressources disponibles pour lutter contre la criminalité en leur sein.  

Plutôt que de jouer au prestidigitateur avec les forces de l’ordre de l’Alberta, le gouvernement de cette province pourrait affecter ces 164 millions de dollars à l’ajout de plus de 600 agents, soit plus de 10 fois le nombre de nouveaux policiers prévu dans la proposition, pour le même coût. Le gouvernement appuierait réellement ainsi les priorités des collectivités rurales en matière de lutte contre la criminalité.  

Remarque essentielle, le gouvernement du Canada ne prévoit pas mettre fin aux ententes sur les services de police contractuels et il n’y a donc aucune raison pour laquelle la province commence à se préparer à ce scénario fictif maintenant. Les examens des services de police en cours sont les bienvenus pour veiller à ce que toutes les provinces et les collectivités bénéficient des meilleurs services de police possibles. Cependant, ces examens ne signifient pas mettre fin aux ententes de services de police de la GRC, mais en soulignent plutôt l’efficacité.  

Les membres de la GRC de l’Alberta sont fiers d’habiter et de servir les collectivités de cette province. Ce sont de fiers Albertains et de fiers agents de la GRC. La GRC de l’Alberta entretient des liens étroits avec ses collectivités, ce qui se reflète dans le niveau élevé de satisfaction qu’expriment ces dernières et dans leur appui au maintien de la GRC dans la province. En juillet 2022, une majorité écrasante d’Albertains (84 %) nous ont dit qu’ils voulaient que la GRC reste, alors que seulement 9 % appuient une transition. La semaine dernière, nous avons également fait parvenir au gouvernement un appel à l’action mis à jour recommandant l’abandon de cette proposition, appel à l’action qui a été signé par 94 municipalités et intervenants de toute la province.  

Nous encourageons derechef la province à abandonner cette proposition non désirée, à écouter les Albertains et à répondre à leurs véritables préoccupations, soit l’amélioration du système de justice, l’investissement dans les ressources policières en place et l’expansion des services sociaux essentiels qui tiennent le plus à cœur aux Albertains.  

À propos de la Fédération de la police nationale : 

La FPN a été accréditée à l’été 2019 pour représenter environ 20 000 membres de la GRC en service au Canada et à l’étranger. Il s’agit du plus important organisme canadien de relations de travail dans la police et le deuxième en importance en Amérique du Nord. La FPN constitue la première association nationale indépendante à représenter les membres de la GRC. 

La FPN vise à améliorer la sécurité de la population canadienne en s’efforçant d’améliorer le matériel et la formation et d’obtenir des mesures de soutien additionnelles pour nos membres qui ont été victimes d’un sous-financement depuis bien trop longtemps. L’augmentation des ressources et du financement de la GRC contribuera à une plus grande sécurité et à une meilleure qualité de vie des collectivités grandes ou petites que la GRC sert, partout au Canada. 

Pour en savoir plus : https://npf-fpn.com/ et KeepAlbertaRCMP.ca 

Personne-ressource pour les médias : 

Zak Fairbrother
Gestionnaire, Enjeux 
[email protected]
587-208-3689