Mise à jour sur proposition de salaire

Comme vous l’avez sans aucun doute entendu ou lu, le Conseil du Trésor a approuvé des hausses de salaire de 1,25 % pour 2015 et 2016 et un ajustement de marché de 2,3%, à compter du 1er avril 2016. Il n’est pas surprenant que cette proposition salariale soit tristement similaire à celle d’autres syndicats de la fonction publique et ne tient pas compte du rôle de la GRC en tant que force de police nationale du Canada, laquelle ne ressemble pas à d’autres branches de la fonction publique.

Cela fait très peu pour amener la GRC à une fourchette salariale compétitive pour attirer et conserver des candidats qualifiés. Cette nouvelle proposition salariale aura un impact minime pour nous faire avancer de la 72ème position sur les 80 forces de polices canadiennes dans le domaine de la paie. Cela signifie que de nombreux membres dans les milieux urbains gagnent encore 15 000 $ à 20 000 $ de moins que les agents des municipalités voisines et laissent les membres de la GRC qui servent dans des régions éloignées et rurales nettement sous-payés pour les défis auxquels ils font face chaque jour, chaque semaine et chaque année.

Les deux principales préoccupations que nous entendons de la part des membres à travers le pays sont la rémunération et les ressources. Cette proposition salariale est loin de régler l’un ou l’autre problème.

La seule chose que cela accomplit est de supprimer l’incertitude entourant les hausses retardées de 2015 et 2016, ce qui permet aux membres d’aller de l’avant pour s’organiser.

La Fédération de la police nationale fera des salaires équitables et des ressources notre priorité absolue pour tous les membres. Pour assurer la sécurité des collectivités que nous desservons – et la sécurité des membres de la GRC – nous devons négocier une proposition salariale qui respecte notre rôle de force de police nationale du Canada et non pas de fonctionnaires.

C’est le moment de s’organiser. Il est maintenant temps de joindre la FPN.

Laisser un commentaire